Acta : des citoyens et des pays contre l'accord commercial

Avaaz : pétition contre l'Acta


Il existe parmi l'Europe des pays qui ont encore des couilles,  des pays qui font de la résistance, mais pour combien de temps ?

Le traité ACTA  est un accord qui regroupe plusieurs pays (  l'Union européenne, les Etats-Unis, le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc, le Mexique et la Suisse ), destiné à lutter davantage contre la contrefaçon dans un sens très large du terme et c'est aussi la volonté de tenir secret cet accord qui attira l'attention de nombreuses personnes dans le monde, notamment des plus démocrates.

Le traité Acta a donc été signé par 22 pays de l'union européenne dont la France, néanmoins ce traité international doit passer devant le parlement européen pour être validé, et ce dans le courant de l'année 2012, cependant Monsieur Kader Arif le rapporteur en charge qui devait rédiger le rapport final  de l'ACTA auprès du parlement Européen a remis sa démission de son poste de rapporteur ACTA, ce qui ralentira la rédaction du rapport final.

C'est quoi donc l'ActaPussy

Cet accord Commerciale vise à intensifier la lutte contre la contrefaçon évoluant aussi bien dans l'espace virtuel ( internet ) ou dans la vraie vie de tous les jours, ont peut donc saluer l'initiative collectif mondiale de vouloir combattre les réseaux en place profitant du système, mais on peut se demander alors pourquoi cet accord a voulu rester dans le cercle des pays lançant cette initiative, d'autant plus que ces accords nous touchent directement dans notre quotidien, les explications sont sans doute bien nombreuses mais c'est dans celle-ci qu'il faut pointer le Zoom, car cette initiative est d'origine mondiale et les accords sont aussi une « belle » manière d'imposer le renforcement des législations ayant un rapport avec la propriété intellectuelle des États signataires, qui il faut le rappeler tentent d'imposer une idéologie mondiale ( Hadopi-Loopsi-Dadvsi-Acta-Sopa/Pipa- fichage généralisé ) qui a terme peut remettre en cause la « liberté » d'expression et favoriser l'émergence d'un système de censure légalisé, la lutte contre la contrefaçon actuelle est un peu, pour schématiser, le même type de raisonnement qu'ils font contre les cyberpédofiles, ils souhaitent lutter contre ce système ( qui pourrait les en blamer )  mais ils n'hésitent pas à souhaiter le filtrage généraliser d'internet ou comme encore la lutte contre les méchants pirates avec Hadopi et la célèbre « négligence caractérisée » responsabilisant l'utilisateur du poste informatique, ce qui en soit est un non sens informatique d'une part, mais également peut être un moyen supplémentaire de pression.

Bien que ceci soit une volonté mondiale de contrôler et de surveiller idéologiquement les individus, ils restent quelques personnalités et quelques pays opposés à cette acharnement, et il y a aussi, nous les citoyens, et dans ces personnalités voir l'article d'Owni.fr « une tyrannie du droit d'auteur nommée Acta » on peut lire ce passage de Madame Trautman  “la propriété intellectuelle est un compromis entre un inventeur ou un auteur, et la société. Ce compromis doit réaliser l’équilibre entre innovation et circulation des idées” ou encore  Madame Marietje Schaake qui indique que l'Acta actuelle n'est pas conforme dans les aspect pénaux puisqu'ils sont en dehors de la compétence de toute régulation Européenne, elle ajoute aussi « En compilant les différents aspects du traité, on s’aperçoit que l’Acta constitue   un   autre   outil   qui   étend   les   droits   de l’industrie,  et bouleverse ainsi de façon significative l’équilibre fragile du copyright. »

Certains pays également restent en retrait par rapport à ce traité, la Pologne qui malgré qu'elle est signé le 26 janvier 20102 Montre une certaine hostilité comme la Pologne et son Premier ministre Donald Tusk
"Je considère que les arguments pour l'arrêt de la ratification sont justifiés. […] La signature de l'ACTA n'a pas fait l'objet de consultations suffisantes auprès de toutes les parties de ce processus", a déclaré M. Tusk à la presse, en annonçant de nouvelles "larges consultations"

La république Tchèque est également sur le même crédo, le Premier ministre République tchèque Per Necas déclara 
"Le gouvernement ne peut en aucune manière tolérer une situation dans laquelle les libertés civiques et l'accès à l'information seraient menacés

Il y a aussi la Roumanie et la Slovaquie et comme le précise numérama, il est à noter que les pays suivants n'ont pas signés l'Acta :
Allemagne – Chypre – Estonie – Pays-bas et la Slovaquie

Le processus de ratification du traité international divise quand même bon nombres de pays car il remet en cause une législation touchant et fragilisant davantage la vie citoyenne mais il met en évidence le renforcement du pouvoir commercial de l'industrie du droit d'auteur et du Copyright, au nom de la lutte contre la contrefaçon, un bel exemple Oligarchique et il n'y a guère que dans les pays ayant refusés de signer cet accord voir ceux mettant un gros doute sur les biens fondés de tels accords que l'ont rencontrent encore un peu de démocratie.

Sans doute que dans ces pays la conscience collective et les traumatismes font que l'excès de Zèle idéologique rajouté aux sels des difficultés que travers le monde économique et financier ne puissent pas favoriser le jeux des intégrismes totalitaires.

ACTA a été négocié entre l'Union européenne, les Etats-Unis, le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc, le Mexique et la Suisse

Appel Mondial à la mobilisation contre l'Acta le 11 Février








PS : mon regard est vert de Gauche
Arrête de taper comme une Fiot !

0 Response to "Acta : des citoyens et des pays contre l'accord commercial"

Enregistrer un commentaire